Quel budget prévoir pour la construction d’une maison passive ?

Les maisons passives sont de plus en plus tendance. Leur nombre double presque chaque année et elles devraient se généraliser encore davantage à partir de 2020, afin de lutter contre la précarité énergétique. Mais sont-elles réellement rentables ?

Immo et moi a étudié le dossier pour vous et vous fait part de ses découvertes, avantages comme inconvénients.

La valeur ajoutée d’une maison passive

Une maison passive est rentable à long terme de par ses économies d’énergies. Il s’agit en effet du type d’habitation le mieux isolé aujourd’hui : ses performances énergétiques sont meilleures que celles des maisons basse consommation, THPE (Très Haute Performance Énergétique) ou bioclimatiques.

La « maison sans chauffage » offre également un grand confort thermique et garantit une meilleure qualité de l’air. En effet, la déperdition de chaleur est limitée de manière drastique par une isolation optimale des murs et de la toiture. Cette isolation stricte nécessite la mise en place d’une VMC efficace, telle que la VMC à double flux thermodynamique. Cette solution, adaptée aux bâtiments ayant des besoins en chauffage très faibles, assure à la fois la ventilation, le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire.

Enfin, ce type de construction valorise le bien car les acheteurs, de plus en plus sensibles aux questions écologiques et économiques, sont aujourd’hui en recherche perpétuelle des dernières normes.

Un budget conséquent, mais des aides possibles

On ne va pas se le cacher, le budget à prévoir dans ce type de projet est conséquent : le coût ce type de construction est supérieur de 10 à 20 % par rapport à celui d’une habitation dite classique. Le prix généralement constaté est de 1 700 à 2 000 euros le m2.

Le retour sur investissement à attendre d’une maison passive

Si l’investissement de départ est important, il est toutefois recommandé d’étudier le retour sur investissement qu’offre ce type de bâtiment. Sur le long terme, de nombreuses économies seront réalisées : des factures d’énergie très peu élevés, plus de frais de remplacement ni d’entretien du matériel de chauffage… On estime que les propriétaires d’une maison passive économisent environ 500 euros par an sur ces seuls postes de dépenses.

Renseignez-vous également de manière précise sur les différents types de matériaux proposés : certains, plus abordables, peuvent faire largement baisser le coût de votre chantier.

Des aides de l’État pour la construction de logements passifs

Les aides de l’état sont généralement plus avantageuses lors d’une construction de maison passive.

Toute habitation neuve est exonérée de taxe foncière pendant 2 ans. Dans le cas des bâtiments passifs respectant les normes BBC ou RT 2012, cette exonération peut être portée à 5 ans, voire plus, à un taux allant de 50 à 100 %. Renseignez-vous auprès de votre commune ou de votre communauté de communes : ce sont les structures chargées de délibérer à ce sujet.

Vous pouvez également vous rapprocher de votre conseil régional ou des collectivités locales. Il existe de nombreuses aides ou possibilités de prêts pour la construction des logements neufs, et particulièrement des habitats éco-responsables.

Enfin, vous pouvez bénéficier d’un Prêt à Taux Zéro (PTZ+) pour la construction d’un logement neuf, maisons passives comprises. Pour cela, renseignez-vous dès que vous avez budgété votre projet. Le PTZ+ peut vous être accordé quel que soit votre niveau de ressources. Seule la durée de remboursement variera.

Auteur de l’article : Master